Pourquoi utiliser un atomiseur reconstructible ?

L’atomiseur est l’un des principaux composants de la cigarette électronique. C’est là que se situe le réservoir d’e-liquide. Il ne faut pas le confondre avec le clearomiseur qui joue le même rôle que lui, c’est-à-dire, contenir l’e-liquide, mais dont la présentation n’est pas la même.

Alors que l’atomiseur permet de fabriquer soi-même la résistance de son dispositif quand il faudra la changer, le clearomiseur ne peut fonctionner qu’avec une résistance prête à l’emploi. Pourquoi faut-il alors choisir l’atomiseur et que signifie le terme « reconstructible » qui l’accompagne ?

A quoi sert l’atomiseur ?

L’atomiseur est l’élément qui va déterminer la puissance de la vapeur produite et sa saveur. L’atomiseur reconstructible 22 mm est le modèle le plus courant, mais il en existe d’autres. Quel que soit le modèle pour lequel vous optez, ces composants permettent de personnaliser totalement son expérience de la vape. Etant donné qu’ils permettent le montage de sa résistance, le vapoteur peut choisir le fil résistif à utiliser et sa longueur ainsi que le type de mèche qu’il souhaite utiliser pour transporter l’e-liquide. Soulignons que ces deux éléments sont les pièces principales de la résistance. A eux deux, ils déterminent la puissance du hit et le goût de la vapeur dégagée.

Pourquoi utiliser un atomiseur reconstructible ?

Certains vapoteurs préfèrent les cigarettes électroniques déjà prêtes à l’emploi donc une préférence pour le clearomiseur tandis que d’autres sont plus tatillons sur le goût et leur appareil. Ces derniers veulent une toute autre sensation que celle vécue par tous les vapoteurs lambdas et c’est pour cela qu’ils préfèrent bricoler un peu pour que le vapotage réponde pleinement à leurs attentes.

Parmi les grandes qualités que l’on peut accorder à l’atomiseur reconstructible, on peut citer :

  • une personnalisation unique :

Cet élément vous permet de personnaliser la puissance de la vape, la saveur de la vapeur et même la production de la vapeur.

  • un meilleur contrôle sur son dispositif :

Certaines personnes aiment la perfection. C’est ce que l’atomiseur reconstructible leur permet puisqu’elles peuvent alors soigner chaque détail de leur appareil. Et bizarrement, le fait de faire un peu ce bricolage permet d’apprécier pleinement chaque bouffée aspirée. Si on sent que quelque chose cloche encore, on apporte quelques ajustements jusqu’à obtenir ce qu’on attend de cet appareil.

Et bien sûr, si vous n’êtes pas du genre bricoleur, optez pour un clearomiseur.

  • des dépenses contrôlées :

Fabriquer soi-même sa résistance coûte beaucoup moins cher que d’acheter un clearomiseur prêt à l’emploi. Il faut savoir que la durée de vie d’une résistance dure entre une à deux semaines. Cela varie en fonction de sa fréquence de vapotage, du type d’e-liquide utilisé puisque certaines formules encrassent plus vite que d’autres et de son mode d’utilisation. Parfois, on a tendance à mal utiliser le dispositif comme le fait de le chauffer à une trop forte température ou encore le fait de vapoter à sec. En montant soi-même sa résistance, les dépenses sont mieux contrôlées.

Comment bien utiliser son atomiseur constructible ?

Pour augmenter la durée de vie de sa résistance, voici quelques astuces à retenir :

  • évitez de trop chauffer la résistance :

Utiliser la fonctionnalité contrôle de température s’avère ici important pour éviter de surchauffer le dispositif. Non seulement, cela augmente le risque d’explosion, mais en plus, une trop forte température peut dénaturer la saveur de l’e-liquide. Il faut savoir que si la glycérine végétale supporte assez bien une température supérieure à 250°C, le propylène glycol ne doit pas être chauffé à plus de 200°C.

  • toujours vérifier le niveau d’e-liquide :

La résistance se compose du fil résistif qui tourne autour du cylindre et de la mèche qui plonge dans le réservoir d’e-liquide. Quand le réservoir est bien rempli, l’e-liquide va se propager sur toute la mèche par capillarité. Quand le vapoteur actionne le dispositif, la batterie va délivrer du courant électrique à travers le fil résistif recouvert de la mèche imbibée. Cela va permettre l’évaporation.

Quand le niveau de l’e-liquide est au plus bas, la mèche ne sera plus imbibée ce qui va induire un chauffage à sec. Résultat, le vapoteur a un goût de brûlé dans la vapeur produite et si celle-ci est dégagée à température élevée, elle peut contenir des particules nocives.

  • bien comprendre le mode de fonctionnement de son atomiseur avant usage :

Il existe différents types d’atomiseurs à savoir l’atomiseur RDA ou atomiseur dripper. Ce dernier ne contient pas de réservoir ce qui permet de varier les arômes de ses liquides assez régulièrement. Il a ensuite l’atomiseur RTA qui est pourvu d’un réservoir et offre une vapeur plus froide. Enfin, il y a l’atomiseur RDTA qui allie les avantages du dripper et du RTA. C’est un hybride qui optimise le goût de la vapeur, l’autonomie en e-liquide et un montage assez facile.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*